Van Gogh / Artaud. Le suicidé de la société – Musée d’Orsay

• 15/04/2014 • Commentaire (0)

Van Gogh / Artaud. Le suicidé de la société faisait partie des expositions que j’attendais vraiment cette année. J’avais très envie d’admirer les toiles vibrantes de Van Gogh et je voulais aussi, à défaut d’avoir lu l’ouvrage, en apprendre plus sur la thèse d’Artaud.

En effet, Antonin Artaud, à contre-courant de la pensée populaire, a voulu à travers son essai démontrer la lucidité supérieure de Van Gogh, par rapport au reste de la société qui le poussa au suicide.


Visite virtuelle : Van Gogh / Artaud au Musée d… par FranceInfo

Mon avis en résumé :

On a un grand peintre, une thèse passionnante et un résultat qui de façon difficilement compréhensible est assez insipide. Bien entendu, les œuvres de Van Gogh étaient fascinantes, mais j’ai eu du mal à prendre des notes tant j’ai trouvé que le propos manquait d’aspérité : les mots d’Artaud sont repris tels quels, mis en face d’œuvres, sans volonté d’analyse ou de mise en perspective particulière avec le recul d’aujourd’hui. On a vraiment du mal à saisir ce qu’a voulu faire la commissaire.

La muséographie :

On entre dans l’exposition par un petit sas empli de mots vibrants comme les formes et les couleurs vibrent sur les toiles de Van Gogh, et qui vous donne l’impression que vous poussez une porte de l’esprit vers un monde d’idées… ou de folie.


Ce passage est suivi d’une première salle qui contextualise la naissance de la thèse d’Artaud à la suite de l’exposition Van Gogh de 1947. Passée cette introduction, on circule dans d’agréables salles spacieuses qui facilitent la progression malgré le monde. Pour le reste, les sections sont là, mais elles ne disent pas grand chose, pas plus que l’ordre dans lequel elles se succèdent. Je me demande encore quel est le propos au final…

Les œuvres :

Côté Artaud, je m’attendais à en voir davantage, d’autant plus que son travail n’est pas dénué d’intérêt et l’on observe ses dessins avec attention.
Côté Van Gogh, forcément, on vibre avec les coups de pinceau, on compare les portraits, on se repait avec délice des couleurs détonantes du jardin de l’hôpital… Est-il besoin d’en dire plus sur le maître ?

Mes 3 œuvres préférées :

J’ai volontairement écarté les autoportraits, la nuit étoilée, etc… pour mettre ici en avant d’autres œuvres moins souvent mentionnées.

Arbres dans le jardin de l’hôpital St Paul, Vincent Van Gogh

© The Hammer Museum.

Paire de chaussures, une chaussure retournée, Vincent Van Gogh

Vincent Van Gogh (1887) - Huile sur toile

Vincent Van Gogh (1887) – Huile sur toile

Autoportrait, Antonin Artaud

Informations pratiques :

Musée d’Orsay, 62 rue de Lille (RER C : Station Musée d’Orsay – Métro 12 : Solférino)
Du 11 mars au 6 Juillet
PT : 11€ / TR : 8,50€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>