Filipe Vilas-Boas – iDoll

Filipe Vilas-Boas est un artiste et un designer interactif. Après avoir utilisé l’espace public comme support d’expression, son travail s’articule désormais autour de la sculpture, l’architecture et les nouvelles technologies. Dans le cadre de la Nuit Blanche de 2014, il a présenté son installation, baptisée « Shooting Thoughts ». Aujourd’hui, il expose «iDoll », une madone interactive à la Flaq.

12308175_1059698440729091_352437975092505404_o

La Critique Facile : Votre « iDoll » s’inscrit-elle dans le prolongement du projet « Shooting Thoughts » présenté à St Eustache ?

Filipe Vilas-Boas : En fait, c’est la madone qui aurait dû être exposée à St-Eustache initialement. C’est Mario, à la tête de la Flaq, qui m’a suggéré d’y faire un tour. Finalement, l’architecture de l’église m’a incité à développer Shooting Thoughts en lieu et place de la vierge. Mais voilà, le projet se concrétise enfin ! Et en plus le 8 décembre, le jour de la fête de la Vierge, au deuxième sous-sol de la Flaq qui est une chapelle du 13ème.

CF : Pour Shooting Thoughts, le public envoyait des pensées sur la voûte de St Eustache pour créer une constellation. En quoi la madone s’inscrit-elle cette lignée ?

FVB : Sans dévoiler l’idée, il y a le même principe de désintermédiation en jouant avec l’outil numérique et en impliquant les visiteurs pour qu’ils soient parties prenantes de l’histoire. Aujourd’hui la technologie et en particulier Internet se sont érigés au rang de nouvelle Bible. C’est devenu quasiment un objet de culte quotidien. Nous sommes tous là les yeux rivés sur nos smartphones. Finalement, c’est une forme de religion pour nous.

CF : Vous dénoncez le culte de soi numérique ?

FVB : Je ne dénonce pas mais je constate que les selfies par exemple, deviennent de petites icônes que nous tenons dans les mains. C’est aussi ce qui explique le sujet d’Instagram. On en revient aux petites tablettes d’antan. Aujourd’hui, les points de repères, ne sont plus seulement les philosophes, les penseurs, mais nos contemporains, nos semblables. En fait, on assiste à une sorte de culte de soi algorithmé et interactif où les de nos pairs servent aussi à la définition et à la construction de nos identités.

«iDoll», du mardi 8 au jeudi 10 décembre à la Flaq, 36 rue Quincampoix, Paris 4e – L’événement Facebook est là.

Take Me (I’m Yours) – la Monnaie de Paris

• 29/10/2015 • Commentaire (0)

J’ai récemment eu la chance et le plaisir d’être invitée à la Monnaie de Paris pour l’exposition Take Me (I’m Yours) qui s’est largement fait connaître du public parisien, notamment grâce à sa chouette campagne d’affichage métropolitaine.

Avant de vous en dire plus sur cette exposition qui mérite largement qu’on s’y attarde, je vous signale que je partage avec vous en fin de post deux coups de coeur que je n’aurai pas le temps d’évoquer autrement : Isabelle Girollet à la Galerie Françoise Durst et Philippe Halsman au Jeu de Paume.

Take Me (I’m Yours) – la Monnaie de Paris

La Monnaie de Paris accueille donc en ses nobles murs l’exposition Take Me (I’m Yours) où, chose ô combien inconcevable, le public est autorisé à repartir avec les oeuvres. Une proposition alléchante qui a suscité bien entendu la curiosité chez moi et aussi une forme d’appréhension, un peu nourrie par le visuel clé de l’exposition : « Est-ce que ça vaut vraiment le coup d’aller regarder des piles de fringues ? Pourquoi diable emporterais-je une écharpe recyclée avec moi ? … »

boltanski

Dispersion de Christian Boltanski et une affiche « Untitled’ de Felix Gonzalez-Torres

Réponse :

1) oui, ça vaut le coup (en plus il y a beaucoup d’autres choses à voir)
2) ce n’est pas tant ce qu’on emporte qui a de l’importance mais ce qui nous pousse à l’emporter.

J’ai beaucoup apprécié cette visite et les sympathiques accompagnateurs de la Monnaie de Paris qui ont commenté le parcours avec passion n’y sont pas pour rien. Je vous encourage d’ailleurs si vous souhaitez faire l’exposition à prendre également un guide, sous peine de passer à côté de beaucoup de choses et de ne comprendre l’exposition qu’en surface.

J’ai bien aimé la façon dont notre accompagnateur appréhendait l’exposition, valorisant les notions de « don » et de « partage », là où l’on pourrait croire à une volonté d’interactivité, devenue si tendance. Soutenue par la mélodie de « Mon beau sapin » qui résonne joyeusement dans l’exposition toutes les 10 minutes (c’est très amusant), cette dimension généreuse s’inscrit en cohérence avec les activités Monnaie de Paris : on fabrique de la valeur et on questionne cette valeur. Ici celle de l’art, comme c’est régulièrement le cas dans ces murs. Que vaut une oeuvre si on peut l’emporter gratuitement ? Si tout le monde peut l’avoir ? Si elle est désacralisée au coeur du lieu-même où elle est exposée ?

Et au cours de ce questionnement formé par les oeuvres des 44 artistes sollicités pour l’occasion, un autre bien plus personnel et bien plus profond s’insinue : cette exposition parle de nous, de nos comportements.

C’est drôle comme notre état d’esprit évolue au fil des salles. Avant-même d’arriver sur place, je m’étais demandé si j’oserai toucher ce qui m’entoure, et même prendre des oeuvres. A la fin, je suis rentrée chez moi nantie d’un sac plein d’objets divers et variés… que j’ai laissé de côté et que je rouvre seulement plusieurs jours après pour les besoins de ce post. – vous noterez comme j’ai du mal à dire « oeuvres » maintenant qu’elles sont sorties de leur contexte…

IMG_2393

Mes victuailles.

Mes victuailles comprennent donc :

  • Le sac délivré à l’entrée de l’exposition qui combiné à un de vêtement de Dispersion vous donne un véritable Boltanski,
  • Un print de Felix Gonzalez-Torres,
  • Des cartels à emporter qui ne sont pas des oeuvres d’ailleurs,
  • Une Tour Eiffel « de » Hans-Peter Feldmann,
  • Un pochoir de Laurence Weimer qui clame que l’art est à tout le monde pour refaire un Laurence Weimer chez moi,
  • Un badge de Gilbert et George,
  • Un journal « !questions de femmes! » de Jef Geys
  • Un DVD à usage unique qui s’use au fil de la lecture et qui contient un film dont j’ai malheureusement oublié le nom

Mais pourquoi donc ai-je pris ces choses dont je n’avais pas besoin ou qui ne m’intéressent pas suffisamment pour être sorties de leur sac ? Le véritable intérêt de l’exposition est là, c’est non pas avec des oeuvres à emporter que l’on rentre chez soi, mais avec un morceau de soi que l’on a (re)découvert et que l’on questionne aussi.

Si la réflexion peut paraître sérieuse, on s’amuse beaucoup, pêchant des boîtes de conserve à la ligne, piochant dans un tapis de bonbons à la menthe, marchandant avec un artiste performer, et même emportant les cartels des oeuvres qui se détachent comme des feuilles de bloc-notes. Un bon moment, à faire sans problème avec vos enfants puisque pour une fois, ils ont le droit de toucher à tout et que c’est gratuit pour les moins de 13 ans. :)

Jusqu’au 8 novembre.

IMG_2301

Les cartels à emporter <3

 XXX 

Isabelle Girollet – Galerie Françoise Durst 

Mes amis et moi avons été sympathiquement reçus par Helena qui, comme tous les gens passionnés, sont passionnants. Elle nous a présenté le travail d’Isabelle Girollet, exposée en ce moment et jusqu’au 7 novembre. On a ici affaire à une photographie très décorative, réalisée sur des tirages grand format de très haute qualité qui font forte impression. Les aplats de couleur et les mélanges de texture intriguent, on admire sans trop savoir ce que l’on regarde, et parfois, ça fait du bien aussi le beau pour le beau. :)

Cosmos et Canicule, Isabelle Girollet - Photo Galerie Françoise Durst

Cosmos et Canicule, Isabelle Girollet – Photo Galerie Françoise Durst

Galerie Françoise Durst 15 rue de la Tour 75116 Paris

Philippe Halsman – Jeu de Paume

 

« Pour moi, la photographie peut être une chose à la fois profondément sérieuse et extraordinairement amusante. »

Si vous me suivez sur Twitter et Snapchat (camillejouneaux), vous savez que je me suis rendue pas plus tard qu’hier à cette exposition que j’avais déjà recommandée par deux fois. J’aimerais vous dire que l’inventeur de la Jumpology vous donne envie de « jumper » avec lui, tant cette exposition respire la bonne humeur. Les fantaisies daliniennes sont pleines d’inventivité et Marilyn n’a jamais eu l’air si vivante. Quant aux portraits, ils ont l’air de portraiturer leurs sujets au-delà de leur apparence et avec une économie de moyen saisissante. En somme, une jolie bouffée de bonheur et d’énergie à s’offrir et même un petit « jump » à la sortie sur le stand dédié si le coeur vous en dit. :)

Philippe Halsman, autoportrait, 1950

Philippe Halsman, autoportrait, 1950

Galerie du Jeu de Paume
Jusqu’au 24 janvier 2016
10€ en plein tarif

15 expositions pour la rentrée 2015

• 04/09/2015 • Commentaire (0)

J’espère que vous avez de la place dans vos agendas car la programmation culturelle à venir s’annonce passionnante et très riche, avec notamment plusieurs expositions prometteuses consacrées à la peinture ancienne.

Les expositions sont classées par thématique/période, vous pouvez cliquer directement sur la section qui vous intéresse ou vous laisser porter au fil du post. :-)

Photographie
Art Moderne & Contemporain
De la Renaissance au XIXè siècle
Du Moyen-Orient au Soleil Levant

Photographie :

Mentionnée précédemment, c’est le 20 octobre que s’ouvrira l’exposition au Jeu de Paume consacrée à Philippe Halsman.

Marilyn Monroe, 1959, Philippe Halsman © 2014 Philippe Halsman Archive / Magnum Photos

Le Grand Palais, quant à lui, s’intéresse au travail de Lucien Clergue (1934-2014), photographe ami de Picasso, et surtout fondateur des fameuses Rencontres d’Arles. (du 14/11/2015 au 15/02/2016)

clerguepageexpo

Lucien Clergue, jeune gitan portant la statue de Sainte Sara, les Saintes Maries de la mer 1959 © Atelier Lucien Clergue

Les amoureux de la photographie retrouveront également trois belles expositions cette automne à la MEP :

Alber Elbaz / Lanvin – Manifeste :
Cette exposition consacrée à la maison de couture Lanvin est orchestrée directement pour son directeur artistique Alber Elbaz, qui prend ses distances avec le tout digital, remet l’humain au centre de son travail et contrôle l’image à l’oeil… et à l’écran. A noter : on y retrouve notamment le travail de James Bort, photographe que j’aime suivre sur Instagram. (du 9/09 au 31/10/2015)

Stéphane Gizard – Like Me :
Des portraits sensuels, fragiles et polyphoniques, nous dit la MEP, proposés par ce photographe parisien de 38 ans, au travail lui aussi polyphonique : il collabore avec la publicité, les médias, mène des projets sur l’identité notamment à l’adolescence et dans les premiers moments de l’âge adulte, et s’est également intéressé à l’iPhone comme outil photographique. (du 9/09 au 31/10/2015)

© Stéphane Gizard

© Stéphane Gizard

Jean-Pierre Laffont – Tumultueuse Amérique :
Le photojournalisme dans l’Amérique des années 60 à 90, qui raconte de vraies histoires, on parle ici d' »odyssées photographiques ».

© Jean-Pierre Laffont

© Jean-Pierre Laffont

Art Moderne & Contemporain :

Si la programmation de la MEP s’avère riche, il en va de même pour celle du Centre Pompidou, parmi les expositions proposées, on en retiendra ici deux :

Claire Bretécher :
Album de bande dessinée, magazine… On a tous rencontré le coup de crayon si reconnaissable de Claire Bretécher. Que ce soit pour fouiller plus loin dans son travail ou pour le redécouvrir avec nostalgie, comment ne pas y aller ? (du 18/11/2015 au 5/02/2016).

claire-bretecher-dessin-affiche-bd-bande-dessinee-dame-courir-centre-pompidou-exposition

Wifredo Lam :
Le Centre Pompidou remet en perspective le travail de cet artiste cubain comme acteur de la scène artistique internationale au travers de plus de 300 oeuvres et documents. Inspiré par Picasso, Breton, Césaire qu’il a côtoyés, le travail de Lam s’inspire tant du cubisme et de l’expressionisme que de ses réflexions sur la politique et les rapports de classe. (du 30/09/2015 au 15/02/2016)

The Jungle - Wilfredo Lam - 1943

The Jungle – Wifredo Lam – 1943


A noter également, se tient en ce moment et jusqu’en janvier 2016, une exposition dossier sur Will Grohmann, non pas artiste mais historien de l’art, critique et collectionneur, dont le travail accompagna le développement de l’art allemand et international.

De la Renaissance au XIXè siècle

Egalement mentionnée précedemment, l’exposition Portrait à la cour des Médicis se tiendra au Musée Jacquemart-André dès le 11 septembre. De Pontormo à Bronzino, le musée retracera avec une soixantaine d’oeuvres l’art du portrait dans la florissante Florence du XVIè siècle.

Eléonore de Tolède, Bronzino,
Photograph © National Gallery of Prague 2014

Autre grande portraitiste de son temps pour qui posa Marie-Antoinette, Elisabeth Louise Vigée-Lebrun bénéficiera d’une rétrospective au Grand Palais, la première du genre en France avec plus de 130 oeuvres.

Yolande-Gabrielle-Martine de Polastron, duchesse de Polignac (1749-1793) Portrait au chapeau de paille en 1782 Vigée Le Brun Louise-Elisabeth (1755-1842) Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles)

Yolande-Gabrielle-Martine de Polastron, duchesse de Polignac (1749-1793) Portrait au chapeau de paille en 1782 Vigée Le Brun Louise-Elisabeth (1755-1842) Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles)

C’est à n’en pas douter l’exposition de peintures anciennes qui a fait le plus parler d’elle pour le moment : C’est un Fragonard Amoureux qui s’exposera au Musée du Luxembourg au travers de peintures bien sûr, mais également de dessins et d’ouvrages. Je ne sais ce que donnera l’exposition mais j’aime bien les activations périphériques qui ne font qu’en renforcer l’attractivité, comme cette visite sensorielle ou cette table ronde sur la séduction aujourd’hui.

affiche_fragonard

Le Musée de la Vie Romantique nous adresse une invitation moins légère et évoque Les Visages de l’Effroi d’un « romantisme fantastique et noir nourri tant par le traumatisme révolutionnaire que par la littérature ancienne et contemporaine ». Un événement qui fera sans doute écho à la très belle exposition de 2013 L’Ange du bizarre. Le Romantisme noir de Goya à Ernst dont je garde un excellent souvenir. (du 3/11/2015 au 28/02/2016)

Emile Signol (1804-1892), Folie de la fiancée de Lammermoor, 1850 (c) Musée des Beaux- Arts, Tours

Emile Signol (1804-1892), Folie de la fiancée de Lammermoor, 1850 (c) Musée des Beaux- Arts, Tours

C’est un grand mécène de l’histoire de France et des arts qui règnera sur Chantilly. 500 ans après Marignan, François Ier nous montrera comment il influença son siècle en déployant une politique culturelle et humaniste conséquente. (du 7/09 au 7/12/2015)

FRANCOIS-1ER-CHANTILLY_3151724878619271605

Enfin, le Petit Palais qui nous propose un cycle sur le fantastique mettra l’Estampe visionnaire à l’honneur avec plus de 170 oeuvres « de Goya à Redon en passant par Delacroix et Gustave Doré ».  (au 1/10/2015 au 17/01/2016)

l-enfer_dore_ok_cmjn

Gustave Doré, L’Enfer / Crédit : (c) BnF

Du Moyen-Orient au Soleil Levant

Pendant de l’exposition citée juste avant, le Petit Palais proposera également une invitation au voyage à travers l’oeuvre de Kuniyoshi, maître de l’estampe japonaise. Il s’agit d’une première en France et l’exposition n’accueillera pas moins de 250 oeuvres qui « témoigneront de sa grande force dramatique et de sa beauté expressive ». (au 1/10/2015 au 17/01/2016)

11-_kuniyoshi_0

Enfin si vous avez le goût du large, rendez-vous à l’Institut du Monde Arabe pour découvrir Osiris, mystères engloutis d’Egypte, une exposition qui restitue les trouvailles de sept années de fouilles sous-marines complétées par plusieurs oeuvres issues de musées égyptiens. Le but est bien sûr ici de redonner vie au mythe d’un des plus importants dieux du panthéon égyptien. (du 8/09/2015 au 31/01/2016)

osiris institut du monde arabe exposition

Page 1 sur 191234510Dernière page »